• cressi
  • aqualung
  • hollis
  • mares
  • beuchat
  • OCEANIC
  • SCUPA
  • SEAC SUB
stop mérou

Articles

Jacques-Yves Cousteau

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Share
Imprimer

jacques-Yves Cousteau, né le 11 juin 1910 à Saint-André-de-Cubzac, en Gironde, et mort le 25 juin 1997 à Paris, est un officier de la Marine nationale française puis un explorateur océanographique.

Surnommé « le Commandant Cousteau » ou encore « le Pacha »n 1, il est connu pour avoir perfectionné avec Émile Gagnan le principe du scaphandre autonome, ou détendeur, pierre fondatrice de la plongée sous-marine moderne.

 

 

 

 

 

Ses explorations sous-marines en tant que commandant de la Calypso, ainsi que ses films et documentaires télévisés ont permis au grand public de découvrir le monde de la mer et ses mystères.

Daniel Cousteau, le père de Jacques-Yves, est avocat international et assistant d'un homme d'affaires américain. De 1920 à 1923 la famille le suit aux États-Unis où le jeune Jacques-Yves pratique la nage et l'apnée1,2,3. À son retour en France, il découvre la mer dans les calanques près de Marseille où la famille vit désormais.

En 1930, après avoir fait ses études préparatoires au Collège Stanislas de Paris, il entre à l'École navale de Brest à bord de la Jeanne d'Arc, navire-école de la Marine, et y devient officier canonnier en 19334. Il se destine à être pilote de l'Aéronautique navale mais un accident de la route en 19355 lui impose une convalescence forcée à Toulon qui prend fin en 1936 avec une affectation sur le cuirassé Condorcet. C'est à bord de ce bâtiment que Cousteau rencontre pour la première fois Philippe Tailliez, qui lui prête aussitôt des lunettes sous-marines Fernez, ancêtres des actuelles lunettes de natation. Il les utilise au Mourillon et est impressionné par la beauté de la vue sous-marine d'un banc de mulets qui évoluent sur une roche couverte de mousses, ce qui le décide à consacrer sa vie à l'exploration subaquatiques 1. Il épouse le 12 juillet 1937 Simone Melchior, fille d'un cadre d'Air liquide, avec qui il a deux enfants : Jean-Michel en 1938 et Philippe en 1940. En 1938, Tailliez rencontre lors d'une chasse sous-marine un autre chasseur du nom de Frédéric Dumas, qu'il présente à Cousteau. Ainsi réunis les trois forment un trio d'amis consacré à la recherche subaquatique, trio que Tailliez baptise des années plus tard sous le nom affectueux des « Trois Mousquemers »n 2.

Cousteau appartient également au service de renseignements de la marine française et à ce titre, est envoyé en mission à Shanghai6. En 1940, il est assigné au service de contre-espionnage, à Marseille, et son commandant lui donne toutes facilités pour continuer ses expériences de plongée lorsque son service le lui permets 2.

Faits de guerre et controverses (1939-1944)

Jacques-Yves Cousteau monte une opération commando contre les services d'espionnage italiens en France7, et reçoit plusieurs décorations militaires pour faits de guerre (par exemple la Croix de guerre 1939-1945 « avec palme et deux citations »6 pour le bombardement de Gênes en juin 19408). Ces distinctions lui seront contestées par certains de ses coéquipiers, tel que le résistant Dimitri Weliachew, avec qui il opérait près de la frontière franco-italienne, qui fut emprisonné et torturé à San Giminiano et qui reproche à Jacques-Yves Cousteau le fait d'avoir délibérément fui devant la menace sans se soucier le moins du monde du sort du reste de l'équipe9. En 1946, son frère Pierre-Antoine, un « antisémite de plume », rédacteur du journal collaborationniste Je suis partout10, est condamné à mort, peine commuée en détention à vie11. Pierre-Antoine Cousteau est gracié en 1954, mais selon Bernard Violet, ceci est dû principalement aux interventions de Jacques-Yves auprès de l'amiral Lemonnier9.

Le début de la plongée sous-marine moderne (1942-1946)

Les années de la Seconde Guerre mondiale sont décisives pour l'histoire de la plongée[réf. souhaitée]. Après l'armistice de 1940, la famille de Simone et Jacques-Yves Cousteau se réfugie à Megève, où elle se lie d'amitié avec la famille Ichac. Cousteau et Marcel Ichac partagent la même volonté de faire découvrir au grand public des lieux inconnus et inaccessibles : pour le premier, c'est le monde sous-marin, pour le second, c'est la haute montagne. Les deux voisins décrocheront le premier prix ex æquo du Congrès du film documentaire de 1943, pour le premier film sous-marin français : Par dix-huit mètres de fond. Celui-ci a été tourné en apnée l'année précédente aux Embiez avec Philippe Tailliez et Frédéric Dumas, grâce au boîtier étanche de caméra sous-marine conçu par l'ingénieur mécanicien Léon Vèche, ingénieur des Arts et Métiers et de l'École navale. Marcel Ichac obtient, lui, le prix pour son film À l'assaut des aiguilles du Diable[réf. nécessaire].

En 1943, Cousteau tourne Épaves, avec le soutien de l'entreprise marseillaise de renflouage Marcellin et toujours avec Tailliez et Dumasn 3. Si Par dix-huit mètres de fond a été tourné en apnée en 1942, Épaves est le premier film sous-marin tourné à l'aide de scaphandres autonomes. Les deux prototypes utilisés dans le film sont ceux fournis par la société Air liquide ; ils sont mentionnés au générique sous l'intitulé « scaphandre autonome « Air liquide » système Cousteau »12.

La Calypso et les Campagnes océanographiques françaises (1949-1972

 

En 1949, ayant atteint le grade de capitaine de corvette17, Cousteau quitte la Marinen 4 pour fonder les Campagnes océanographiques françaises (Cof) en 1950. Le 19 juillet 1950, à Nice, le millionnaire Lord Thomas Loël Guiness lui achète un bateau, la Calypso18,19, avec lequel il parcourt le globe. Il effectue aussi des fouilles archéologiques sous-marines en Méditerranée, en particulier sur le site du Grand-Congloué en 195220. Son équipage est composé de grands noms de la plongée : Frédéric Dumas21, Albert Falco, Claude Wesly22, Jacques Ertaud23.

En 1953, Cousteau et Dumas narrent les expériences subaquatiques réalisées depuis le milieu des années 1930 dans un livre, le Monde du silence. Le film, co-réalisé par Cousteau et Louis Malle en 1955, ne reprend pas du livre éponyme les scènes sous-marines qui y sont décrites, celles du film ayant été tournées en Méditerranée, Mer Rouge, Océan Indien et Golfe Persique indépendamment des événements décrits dans le livre. La Calypso en devient la base, le lieu secondaire et la vedette discrète. Le documentaire obtient la Palme d'or au Festival de Cannes lors de sa sortie en salles l'année suivante, en 1956. On y voit déjà Cousteau et son équipage porter le bonnet rouge qui, quelques années plus tard, devient leur emblème. Ce bonnet est une référence à l'uniforme des anciens bagnards de Toulon, qui étaient fréquemment « désignés volontaires » pour des interventions hasardeuses en scaphandre « pieds lourds »24.

En 1957, Jacques-Yves Cousteau est élu à la direction du Musée océanographique de Monaco25 et est admis à la National Academy of Sciences[réf. nécessaire].

Dans les années 1960, il dirige les projets Précontinent de plongées en saturation lors d'immersions de longue durée ou d'expériences de vie dans des maisons sous la mer. Le film Le Monde sans soleil relate ces aventures[réf. nécessaire] et obtient l'oscar du meilleur film documentaire en 196526.

Entre 1970 et 1972, il prend, grâce à son bathyscaphe, des milliers de photos des fonds marins sur lesquels devaient être posées les conduites du futur gazoduc algérien, Transmed27.

En 1972 il est nommé Commandeur de la Légion d'honneur au titre du premier ministre28.

Les années 1990

 

Plaque commémorative sur la maison natale de Jacques-Yves Cousteau, à Saint-André-de-Cubzac

Le 2 décembre 1990, Simone Cousteau décède d'un cancer. Cette femme, qui avait passé plus de temps que son mari à bord de la Calypso41, était l'égérie de l'Équipe Cousteau. Il se remarie le 28 juin 1991 à Francine Triplet avec laquelle il a déjà deux enfants : Diane Élisabeth en 1979 et Pierre-Yves en 1981. Francine Cousteau poursuit actuellement l'œuvre de son mari à la tête de la Fondation Cousteau et de la Cousteau Society.

À partir de ce moment, les relations entre Jacques-Yves et son fils aîné Jean-Michel se détériorent et leur collaboration prend fin. En 1996, il poursuit en justice celui-ci qui souhaite ouvrir un centre de vacances « Cousteau » dans les îles Fidji42.

En 1992, il est invité à la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement à Rio de Janeiro. Il devient alors conseiller régulier de l'ONU et plus tard de la Banque mondiale43 ainsi que président du Conseil pour les droits des générations futures44,43.

Jacques-Yves Cousteau s'éteint le 25 juin 1997 à Paris. Il lègue la totalité et l'exclusivité des droits liés à l'usage de son nom, son image et son œuvre à la Cousteau Society ainsi que la mission de continuer son travail45. Sa disparition est ressentie jusqu'aux États-Unis, où il était l'un des Français les plus populaires46,47. James Cameron par exemple déclare « tenir sa veine écologique » des films de Cousteau : « Il a développé l’imagination de toute une génération. Je pense qu’il a eu un impact profond sur tous les hommes de la planète. »48. Il est inhumé dans le caveau familial à Saint-André-de-Cubzac (Gironde). Sa ville lui rend hommage par l'inauguration d'une « rue du Commandant Cousteau », qui mène à sa maison natale (l'ancienne pharmacie de son grand-père), et la pose d'une plaque commémorative sur celle-ci. En 2008, plus de dix ans après sa disparition, il demeure la deuxième personnalité ayant le plus marqué les français, derrière l'Abbé Pierre et celui qui « ces 20 dernières années, a le plus souvent occupé la première place du Top 50 du JDD »4

 

Imprimer