• cressi
  • aqualung
  • hollis
  • mares
  • beuchat
  • OCEANIC
  • SCUPA
  • SEAC SUB
stop mérou
Administrator

Administrator

jeudi, 20 décembre 2012 19:56

Plongée enfants

Un enfant peut plonger dès son plus jeune âge avec néanmoins de nombreuses précautions, notamment en fonction de son âge:
précautions par rapport au froid, à la durée, la profondeur de la plongée...
En adaptant l'activité subaquatique en fonction des capacités du jeune enfant, il n'y a pas d'âge limite pour la pratique de la plongée pour les enfants.

jeudi, 20 décembre 2012 19:49

Manœuvre de toynbee

Manœuvre de toynbee

Une autre manoeuvre de rééquilibrage qui une fois de plus a pour but d’ajuster les pressions des oreilles externe et moyenne.

La seule différence entre cette manoeuvre et les manoeuvres précédentes est que celle celle-ci ne doit être effectuée qu’à la remontée.

La technique consiste à “se pincer le nez et effectuer un mouvement de déglutition tout en essayant d'inspirer par le nez afin de créer une dépression qui va attirer l'air au travers des trompes d'Eustache.”

jeudi, 20 décembre 2012 19:34

Valsalva

La manœuvre de Valsalva consiste à se pincer le nez entre le pouce et l'index puis à expirer, bouche fermée, pour envoyer l'air des voies aériennes supérieures dans l'oreille moyenne par les trompes d'Eustache.
En plongée cette manœuvre de compensation doit être régulièrement effectuée pour rééquilibrer les pressions de part et d'autre des tympans.

Les 10 règles d'or de la plongée a l'ordinateur

1.    Lire et bien comprendre la notice d'utilisation
2.    Ne pas se croire tout permis, respecter scrupuleusement les règles édictées par le fabricant.
3.    S'assurer du bon fonctionnement de la machine avant la mise à l'eau(initialisation )

mercredi, 12 décembre 2012 21:08

Comment choisir un tuba ?

 

Comment choisir un tuba adapté pour faire de la plongée ?

 Sous sa forme la plus simple, un tuba est un tube courbé qui vous permet de respirer alors que votre visage est sous l’eau.

Naturellement, la configuration de ce tube et de ces composants déterminera son niveau de confort pendant l’utilisation. La plupart des tubas ont une conception hydrodynamique qui leur donne des performances exceptionnelles.

vendredi, 07 décembre 2012 20:09

Pollution de la mer méditerranée -

Les marins-pêcheurs tirent la sonnette d’alarme 

Les marins-pêcheurs ont décidé de laisser, pour un moment, leurs barques et chalutiers pour s’engager dans une longue et rude bataille contre la pollution qui touche de plein fouet la mer Méditerranée. Ils viennent d’adresser, pour la énième fois disent-ils, une longue missive au ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques pour intervenir dans les meilleurs délais.

mercredi, 28 novembre 2012 12:33

LOI DE BOYLE ET MARIOTTE

Afin de bien comprendre les causes des divers accidents susceptibles d'arriver en plongée, il est indispensable d'avoir parfaitement compris certaines lois physiques.
N'oublions pas que nous pénétrons dans un univers différent, auquel il faut s'adapter. Le but de ce cours est d'étudier la loi de la loi de Boyle-Mariotte et ses conséquences en plongée.
2. BREF RAPPEL : LA PRESSION

1. INTRODUCTION
Afin de bien comprendre les causes des divers accidents susceptibles d'arriver en plongée, il est indispensable d'avoir parfaitement compris certaines lois physiques.
N'oublions pas que nous pénétrons dans un univers différent, auquel il faut s'adapter. Le but de ce cours est d'étudier la loi de la loi de Boyle-Mariotte et ses conséquences en plongée.
2. BREF RAPPEL : LA PRESSION
La pression est le résultat d'une force appliquée sur une surface :
P = pression                                 F
F = force                            P =----------
S = surface                                   S
La force s'exprime en kg, la surface en cm2 et la pression en bars. Pression atmosphérique, hydrostatique, absolue
Nous avons vu que la terre est entourée d'une couche d'air, que cette couche est épaisse de 10 km. Si nous prenons une colonne d'air d'une surface de 1 cm2 et de 10 km de haut, nous constatons que cette colonne pèse 1 kg, ce qui correspond à 1 bar ou encore à 1.031 millibars.
Cette pression n'est pas la même sur toute la terre. Si nous sommes en montagne, la pression diminue. On peut dire que, par tranche de 1.000 mètres, la pression diminue de 0,1 bar.
Si nous prenons une colonne d'eau douce avec une surface de 1cm2 et haute de 10 m, nous constatons que cette colonne pèse aussi 1 kg, ce qui correspond aussi à 1 bar (l'eau étant nettement plus dense que l'air, il ne faut donc pas une colonne haute de 10km).
En plongée, nous ne subissons pas seulement la pression de l'eau, mais aussi la pression de l'air qui entoure la terre. Nous devons ajouter cette pression atmosphérique à chaque fois que nous parlons de la pression :
à 20 mètres, nous avons une pression de 1 bar (air) + 2 bars (eau) = 3 bars à 35 mètres, nous avons 4,5 bars et ainsi de suite...

3. LA LOI DE BOYLE ET MARIOTTE

3.1. La loi
Alors que les solides et les liquides sont pratiquement incompressibles, les gaz par contre le sont aisément. En plongée, la pression exercée par l'eau va comprimer les gaz. Si nous enfonçons un verre gradué dans l'eau, nous constaterons que le niveau d'eau augmentera progressivement lors de la descente.
C'est ainsi que l'on constate qu'à 10 mètres, le volume de l'air aura diminué de moitié, à 30 mètres, il aura diminué de 3/4 et ainsi de suite. En remontant, le phénomène inverse sera observé.
A température constante, le volume d'un gaz est inversement proportionnel à la pression qu'il reçoit.
C'est Mariette qui a rajouté le facteur "température" à cette loi. On considère généralement qu'en plongée, la variation de la température est trop faible pour en tenir compte.
C'est la loi dite des "gaz parfaits" - mais ces gaz n'existent pas... Au dessus d'une pression de 100 bar, aucun gaz ne suit rigoureusement la loi de Boyle-Marioite, pour les faibles pressions, on peut l'appliquer et en particulier pour l'air.
Vu ce qui précède, on peut donc dire :
P = pression avant immersion V = volume avant immersion P' = pression en immersion V = volume en immersion
ce qui donne : P x V = P1 x V = constante Ce qui se vérifie aisément :
Prenons un ballon d'un volume de 10 litres à la surface (1 bar). A 10 mètres (pression 2 bars), son volume ne sera plus que de 5 litres, à 30 mètres (pression 4 bars) son volume ne sera plus que de 2,5 litres.
p-10  V=1 -» 10x1 = 10 P = 5  V' = 2->5x2= 10 P"=4   V" = 2,5 -> 4x2,5 = 10
Le cas inverse peut se produire aussi : prenons un ballon qui sera rempli de 5 litres d'air à la profondeur de 20 mètres. Quel sera son volume à la surface ?

20 mètres = 3 bars donc 5x3=15 litres
Nous constatons aussi que dans les 10 premiers mètres, la pression double, ensuite, elle double après 20 mètres et puis après 40 mètres supplémentaires. Ceci est important pour éviter des accidents mécaniques qui, souvent, se produisent dans les 10 derniers mètres !

3,2. Applications à la plongée

Les conséquences de cette loi sont nombreuses pour le plongeur : diminution du volume du vêtement de plongée pendant la descente (en fait, ce phénomène est une combinaison du principe d'Archimède et de la loi de Boyle-Mariotte), placage de masque et problèmes aux tympans et éventuellement sinus, tous les autres accidents mécaniques : surpression pulmonaire, accidents dentaires, colique du scaphandrier et révolutions des bulles dans l'accident de décompression (volume de la bulle qui augmente à la remontée du plongeur).
Cette loi nous permet aussi de faire des calculs d'autonomie pour mieux gérer nos plongées.
Voyons si cette plongée-ci est réalisable : on considère que nous respirons 20 litres d'air par minute à la surface et au repos (cette quantité est portée à 25 l/rnin lors d'un effort).
Bouteille de 12 litres, pression 195 bars, nous voulons faire une plongée de 30 minutes à 35 mètres et sortir avec une réserve de 50 bars.
Contenu de la bouteille : 15 x 195 = 2.925 litres
réserve : 50 x 12 = 600 litres
air respiré : 20 l/min x 4,5 x 30 = 1.400 litres
air respiré au palier : 14 x 20 x 1,3 = 392
2.925 - 1.400 - 600 - 392 = 533 litres - donc plongée réalisable !

3.3. Exercices

1) A 30 m, on gonfle une bouée de 2 litres d'air. Quel sera son volume à la surface ?

2)  Un bi de 20 litres est chargé d'air à une pression de 200 bar, un mono de 15 litres est chargé à 100 bars.   J'équilibre la pression des deux bouteilles.   Pression dans chaque bouteille ?

3)  Une bouteille d'acier de 50 litres contient de l'air à une pression de 12.0 bars.  On transfère le contenu dans 3 bouteilles de d'acier identiques de 50 litres.   Pression finale dans chaque bouteille ?

4) J'ai une bouteille de 12 litres gonflée à 205 bars. Je veux faire une plongée de 10 minutes à 40 mètres, puis remonter à 20 mètres, y rester 10 minutes. Calculez la consommation d'air, paliers inclus, et en prévoyant une réserve de 30 bars à la sortie.



Physique - Loi de Boyle-Mariotte                                                                               

mercredi, 14 novembre 2012 17:25

Philippe Tailliez

Philippe Tailliez est né le 15 Juin 1905 à Malo-les-Bains.Le 26 Septembre 2002, disparaissait le dernier

des « Mousquemers ». Avec Frédéric Dumas et Jacques-Yves Cousteau, il fut en effet l’un des pères fondateurs de la plongée sous-marine moderne.

Philippe tailliez est l’un des pères de la plongée, de l’exploration et de l’archéologie sous-marine: un homme qui a initié la plongée autonome et la technologie de la pénétration sous-marine. Il a enseigné et influencé nombre d’officiers sous ses commandements, comme Jacques-Yves Cousteau.
Il avait une vision d’ensemble des océans et de leur place dans l’histoire ainsi que de l’existence future de l’homme sur sa planète : sa vision englobait la religion, l’art et la science, qui sont les trois piliers de son oeuvre inachevée Un Océan d’incertitude.

 

mardi, 13 novembre 2012 13:13

La flottabilité

La flottabilité est élément que doit maîtriser un plongeur pour bien gérer sa stabilité et limiter sa fatigue et donc les risques d'essoufflement.

Le principe d’Archimède.

« Tout corps plongé dans un fluide reçoit de la part de celui-ci une poussée verticale, dirigée de bas en haut, égale au poids du volume de fluide déplacé. »

Le poids réel du plongeur tout équipé exerce une poussée du haut vers le bas. Cette force est compensée par une poussée verticale égale au poids du volume d’eau déplacé (Principe d’Archimède), ainsi résulte le poids apparent.

Poids apparent = Poids réel - poussée d'Archimède

  • Lorsque le poids apparent est négatif, le plongeur subit donc une force du bas vers le haut, sa flottabilité est dite dans ce cas positive.
  • Lorsque le poids apparent est positif, le plongeur subit une force du haut vers le bas, sa flottabilité est dans ce cas dite négative.

Par abus de langage, on utilise le kilos comme unité de mesure car le facteur gravité (symbole g) s'applique sur chaque élément et donc s'annule.

Paramètres de la flottabilité

Tout d’abord la densité de l’eau n’est pas la même selon que l’on plonge en lac ou en mer. Un litre d’eau pèse 1,03kg en Méditerrannée, en mer rouge il atteint 1,035kg et en eau douce il est de 1kg.

Le poids de la bouteille intervient comme un lest pour le plongeur. Il existe des bouteilles de volumes variables et construit avec différents matériaux comme l’acier ou l’aluminium. De plus une bouteille pleine n’a pas le même poids réel en début et en fin plongée compte-tenu de la consommation d’air et donc de son poids.

La robinetterie du bloc intervient également selon le nombre de sortie et le matériau.

La combinaison est plus ou moins épaisse et intervient sur le plongeur en augmentant son volume mais avec la profondeur et donc la pression, elle s’écrase et ainsi le volume varie et diminue.

Modifier sa flottabilité

Le plongeur peut jouer sur différents éléments pour faire varier flottabilité.

  1. Le poumon-ballast permet d’augmenter le volume du plongeur et donc la poussée d’Archimède.  Il permet d’affiner la flottabilité. L’homme expire et inspire au repos environ 0,5l d’air et peut aller jusqu’à 2,5l en amplifiant les échanges, soit une poussée de 2 à 3kg selon les individus.
  2. Le gilet stabilisateur permet d’augmenter le volume du plongeur et donc la poussée d’Archimède. Il permet de dégrossir sa flottabilité ensuite on utilise le poumon-ballast. Les gilets peuvent aller jusqu’à des volumes de plus de 30 litres.
    • Un gilet de taille XS a une poussée d'Archimède variant de 8 à 9kg
    • Un gilet de taille S a une poussée d'Archimède variant de 12 à 14kg
    • Un gilet de taille M a une poussée d'Archimède variant de 18 à 21kg
    • Un gilet de taille L a une poussée d'Archimède variant de 20 à 22kg
  3. Le lestage permet de diminuer son poids apparent en augmentant le poids réel.
mardi, 13 novembre 2012 13:10

la surpression Pulmonaire

si pour une raison quelconque (peur, panique ,contact de l’eau avec le larynx )la glotte subit une contraction et se bloque ,l’air emprisonné ne peut accordes son volume et la pression ambiante.si la personne remonte, l’augmentation du volume peut devenir suffisamment importante pour entrainer une surpression pulmonaire (déchirement des poumons) .dans un premier temps il y aura une distension des
alvéoles pulmonaires.pui rupture des alvéoles et déchirure des poumons.

 La surpression pulmonaire est parmi les barotraumatismes l’accident le plus fréquent surtout chez les plongeurs débutant et celui qui provoque les plus graves lésions. Les séquelles sont très graves : complications respiratoires, troubles neurologiques, etc...

La variation de pression est la plus importante dans la zone des 10 mètres puisque la variation double (cf la page sur les barotraumatismes). Le plongeur doit donc expirer plus qu’il n’inspire pendant la remontée surtout à l’approche de la surface et surtout ne pas faire d’apnée.

 

Les raisons peuvent être diverses :


· méconnaissance
· crise d'asthme
· malformation anatomique
· anxiété
· remontée panique
· manoeuvre de Vasalva à la remontée
· inhalation d'eau
· détendeur en panne


Symptomes


*Douleur (distension), douleur vive et brève (déchirure)
* difficulté à respirer, sensation de suffoquer ,Toux, crachat de
sang, difficultés à se ventiles, arrêt ventilatoire
*Air sous la peau au niveau de cou et épaules( emphysème souscutané)
*Perte de sensibilités, motricité droite ou gauche
*Arrête cardiaque, mort

Traitement
· déséquiper et sortir la victime de l'eau
· allonger la victime, les jambes relevées
· entreprendre immédiatement une inhalation d'oxygène pur
· Prévenir les secours, administrer les soins de première urgence (bouche à bouche ,massage cardiaque
)
Prévention
· apprendre à plonger
· laisser un libre jeu à la respiration et surtout à l'expiration lors de la remontée
· ne jamais passer son embout à un plongeur en apnée
· rester maître de sa remontée même si elle doit être rapide
· Ne jamais bloque sa respiration en plongée, expirer à la remontée, laisser libre le passage de l’air.