• cressi
  • aqualung
  • hollis
  • mares
  • beuchat
  • OCEANIC
  • SCUPA
  • SEAC SUB
stop mérou
vendredi, 04 janvier 2013 18:37

Technique pour le SAR

Écrit par  EDK
Évaluer cet élément
(1 Vote)

 

Des diffĂ©rences de comportement existent entre les espèces qui nous intĂ©ressent. Le bĂ©cofino par exemple est le plus curieux et le plus confiant des sars. Le sar tambour, plus rare, est relativement craintif. La technique Ă  utiliser dĂ©pend de l’état de la mer, du vent, du relief cĂ´tier. A vous de voir !
Petit tour des techniques utilisées.

Le sar à l’agachon

En pleine eau tirer des sars est devenu très difficile parce qu’il est allé à l’école selon l’expression aujourd’hui consacrée. Dans un banc de sars, les plus petits satisfaisant à leur impérieux désir de curiosité s’approchent les premiers tandis que les plus gros restent prudemment en retrait. Dans cette situation le chasseur doit rester discret et tenter d’attiser davantage leur curiosité tout en endormant leur méfiance. C’est la technique de l’agachon, une position d’affût bien dissimulée avec une arbalète de 90 à 110 cm et flèche de 6,5 mm. Il ne faut plus bouger, plaqué au relief, dans l’attente du poisson. Vous n’avez pas le droit à l’erreur, s’ils fuient vous aurez peu de chances de les revoir ou de les retirer. Cette technique se pratique partout sur nos côtes.

Dérivées de l’agachon, la coulée et la chasse à l’indienne donnent de bons résultats à condition d’être hyper silencieux pour prendre le poisson par surprise et non plus par curiosité.

Le sar Ă  trou

En MĂ©diterranĂ©e la chasse Ă  trou s’impose d’elle-mĂŞme. Cette technique tire parti de la crainte du poisson qui s’enraguait Ă  la moindre alerte au fonds de son trou. Les chasseurs l’ont bien compris puisqu’ils favorisent cette situation en faisant du raffut Ă  l’approche des pierres connues pour retenir les sars. Que se soit en palmant bruyamment ou avec le moteur de l’embarcation, l’objectif est de faire rentrer le poisson Ă  trou pour aller le capturer. C’est aujourd’hui beaucoup plus difficile Ă  faire qu’à dire. Imaginez une grande dalle occupĂ©e par des sars. Comment rĂ©agir et bien ? La première chose Ă  faire est de bloquer toutes les issues avec les arbalètes, plombs ou poignard pour Ă©viter qu’ils ne giclent de leur trou. Les sars enraguĂ©s restent immobiles, atterrĂ©s. La deuxième prĂ©caution Ă  prendre est d’essayer de choisir son angle de tir. Trop souvent une flèche bien centrĂ©e ressort du poisson après avoir rebondi contre la pierre. C’est pourquoi le trident est très utilisĂ© dans cette pĂŞche. Troisième recommandation, Ă©viter de salir le trou, sinon il est impossible de tirer un autre poisson. Et enfin dernière recommandation, si vous tombez sur une rague "Ă  bloc", ne la videz pas !

Une autre méthode plus subtile lorsqu’on connaît moins bien la zone est de suivre le moindre indice pouvant conduire au trou habité. Par exemple suivre un petit sar jusqu’à son trou. Il y a des chances qu’il cohabite avec plusieurs de ses aînés. Une fois le repaire découvert il faut l’aborder correctement pour avoir une chance d’y voir le poisson. Il faut scruter attentivement toutes les parties visibles de la grotte car le sar est devenu un champion de la dissimulation, collé à la pierre ou à demi ensablé. Une arbalète courte de 60 à 75 cm est l’arme idéale pour ce genre de pêche qui consiste à ratisser consciencieusement une zone.

Le sar dans l’écume

Chasser dans les vagues et l’écume n’est pas facile. C’est même dangereux, mais c’est souvent payant car beaucoup d’espèces comme les sars profitent du brassage pour se nourrir de la multitude de crustacés, mollusques et invertébrés arrachés à leur substrat.

Il faut plonger à quelques mètres de la côte et descendre jusqu’au fond. Puis en prenant appui sur les pierres, on longe le fond, avec l’arbalète toujours prête au tir. Le poisson qui mange dans l’écume s’aperçoit de la présence du chasseur trop tard. L’erreur à ne pas commettre est de s’approcher des sars par le côté ou directement par le haut. Le poisson a alors plusieurs issues pour fuir.

Une fois le poisson vu, l’approche doit s’accélérer tout en allongeant le bras pour gagner quelques centimètres au moment du tir. Une arbalète de 75 ou 80 cm avec une flèche de six millimètres et des sandows diamètre 20 millimètres sont les plus appropriés. Un bon lestage est important pour pouvoir allier stabilité et mobilité.

Lu 1653 fois Dernière modification le vendredi, 07 février 2014 14:20