• cressi
  • aqualung
  • hollis
  • mares
  • beuchat
  • OCEANIC
  • SCUPA
  • SEAC SUB
stop mérou

Une virée à l'Île Plane, au large d'Oran

Note utilisateur:  / 3
MauvaisTrès bien 
Share
Imprimer

 Si vous êtes de passage à Oran et passionnés de plongée sous-marine, essayez d'organiser une sortie à l'Île Plane; vous passerez une journée inoubliable. J'ai l’occasion, et la chance d'y aller régulièrement et je veux vous faire découvrir l'un des plus beaux sites de plongée sous-marine de la côte oranaise. L'île plane ou Paloma est située à quelques 25 kilomètres au nord-ouest d'Oran

 

 

au large de la baie qui relie le cap Falcon au cap Lindless, on peut l'apercevoir quand on se balade sur la corniche oranaise à hauteur des plages de Corales, Bomo, la grande plage ou encore les Andalouses. Elle est constituée d'un seul îlot qui fait approximativement 400 mètres de long et 100 mètres de large, il y a un tout petit quai qui peut accueillir 2 bateaux de taille moyenne, il y a un petit abri d’une pièce construit dans une grotte, il devait appartenir a un pêcheur amoureux de l’île, la façade est en bon état, et on voit l’emplacement de la porte et de la fenêtre. Au point culminant de l'île il y a un phare qui n'est pas habité. L'île est peuplée de goélands leucophées (mouettes).
En avril 2010, on a assisté à un phénomène inédit, j'étais accompagné de Fawzi Kheloufi, moniteur de plongée sous-marine, Khaled Belhorma, Benaissa Bouamoud, deux plongeurs de niveau 1 et Mohamed Ghazoui, dès l'arrivée sur l'île, on a constaté que les goélands avaient un comportement étrange, ils étaient particulièrement agressifs, à plusieurs reprises, ils nous ont attaqués; en avançant un peu entre les buissons, on a vu qu'ils y avait plusieurs nids avec des œufs dont certains étaient prêts a éclore; on a assisté pour la première fois de notre vie à la venue au monde de poussins de mouettes; c'était un moment fort en émotions.

 


 Si vous êtes plongeur scaphandrier niveau 2 ou plus, je vais vous indiquer une plongée à faire, vous ne serez pas prêts de l’oublier, c’est l’une de mes plongées préférées, une grotte à 33 mètres de fond, je vais vous la montrer mais ne donnez le repère à personne d’autre, ca restera un secret entre nous. Immergez vous à côté du rocher le plus à l’est de l’île, descendez à 8 mètres de profondeur, puis avancez légèrement vers le nord –est vous allez vous retrouver sur un tombant qui va de 8 à 33 mètres, si vous n’avez pas le vertige, descendez  tout au fond, avancez de quelques dizaines de mètres en laissant le tombant sur votre droite vous verrez une grotte profondeur de plusieurs mètres, vous pouvez rentrer à l’intérieur seul ou à deux plongeurs, n’oubliez pas votre torche et ne cherchez pas le trésor caché au fond, je l’ai déjà récupéré ! Après avoir exploré la grotte, retournez dans l’autre direction en remontant progressivement, il y a d’autres grottes plus petites et des failles où souvent se cachent des congres ou des murènes, c’est l’occasion de contempler ce joli tombant tapissé de gorgones bleues tout en effectuant sa décompression. Pour les plongeurs un peu plus expérimentés d'un niveau 3 minimum, le top est d'aller un peu au large de l'île, il y a 2 remontées, l'une au nord : Le Seco Blanco, à 1,5 kilomètre et l'autre : Le Seco Negro, à 2 kilomètres au nord-ouest. Ils sont à une profondeur de 20 à 25 mètres, vue leur position, en pleine mer, il y a souvent beaucoup de courants, surtout en surface. Après s'être mis a l'eau, il faut vite descendre, il y a moins de courant au fond, on reste accroché à l'ancre qui est suspendu et on réalise une plongée dérivante sur plusieurs centaines de mètres; la on a des chances de croiser des poissons plus gros tels que des badèches de 6 ou 7 kilogrammes, des pagres, des dentis.... cette plongée est très technique, elle n'est accessible qu'a des plongeurs confirmés, avec du matériel de bonne qualité(lests adaptés, détendeurs de secours, manomètres, parachutes, conducteur de bateau confirmé prêt a intervenir rapidement), j'ai réalisé ces plongées au Seco Negro et au Seco Blanco avec Fawzi qui est un très bon nageur en plus d'être moniteur de plongée.

 Après la plongée, on retourne sur l’île pour se changer, manger un peu, se détendre un petit moment avant de regagner la côte, le bruit, les embouteillages, le vacarme du centre-ville et la pollution. On laisse derrière nous un beau petit rocher où règne le silence, la calme absolu interrompu de temps en temps par les cris des mouettes, des fonds marins exceptionnels avec une superbe visibilité, c’est là d’ailleurs que j’ai fait mes plus belles photos sous-marines. L’île plane reste pour moi l’une des plus belles destinations quand on sort en mer à partir du port d’Oran ou du garage à bateaux du Cap Falcon. Ce n’est pas très loin et l’endroit est tout simplement fabuleux.


Par Tarik Mokhtari

Imprimer