• cressi
  • aqualung
  • hollis
  • mares
  • beuchat
  • OCEANIC
  • SCUPA
  • SEAC SUB
stop mérou

La narcose à l'azote

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Share
Imprimer

“La narcose à l'azote, aussi nommée ivresse des profondeurs, est due à l'excès d'azote et agit sur le système nerveux en entraînant des troubles du comportement.” Pouvez vous vous imaginer que vous nagiez un tout petit peu saoul, ou après que l’on vous ait injecter un anesthésiant.

Non il y a peu de chance que vous vouliez vous y risquer.

Le problème est qu’il est facile de dire non tant que vous n’êtes pas dans l’eau, après tout vous êtes un être raisonnable, mais que faire si vous saoulez dans les profondeurs.

Non, vous n’allez pas boire un verre de whisky à 30m de profondeur, mais grâce à l’azote dans votre fluide respiratoire l’effet sera garantit.

En fait on a beau parler de narcose à l’azote, il convient de mentionner que tous les gaz inertes ont le même effet, l’action de certains tels que l’azote est tout simplement plus accentué.

L’argon, le xenon et le krypton ont des effets similaires.

L’ivresse des profondeurs, c’est la seconde appelation de ce phénomène peut aussi commencer à de grandes profondeurs sans pour autant que les gaz inertes s’en mêlent, mais cette forme de narcose est classée dans une autre catégorie : c‘est le syndrome nerveux des hautes pressions.

La première cause des narcoses est la profondeur.

À partir d’une certaine profondeur, tous les plongeurs y sont plus ou moins exposés.

Une fois que vous atteignez les 30 m, préparez vous aux problèmes.

Certains plongeurs peuvent immédiatement en souffrir, tandis que ceux qui ont l’habitude de plongées profondes peuvent encore y echapper.

Cependant, une fois que vous atteindrez les 60m , l’expression “peut-être” sera à changer pour “automatiquement”.

À cette profondeur l’état de narcose est systématique.

Des facteurs pouvant considérablement aggraver cet état sont le stress, l’embonpoint, le froid, l’alcool, la fatigue et la drogue.

Il est difficile de s'imaginer de quel degré d’irresponssabilité il faut faire preuve pour saouler ou se droguer avant la plongée, par contre face à un surplus de poids, au stress ou à la fatigue personne n’est véritablement protégé.

Coment savoir que vous êtes narcosés ? Voici les symptômes qui ne trompent pas.

Si vous vous sentez subitement très joyeux sans aucune raison ou subitement stressé.

Si vous commencez à entendre des voix intérieures, que vous vous sentez subitement tout seul, que vous avez la sensation que vos réactions sont de plus en plus lentes, que vous avez perdu la notion du temps ou encore que vous lisez constamment les instruments sans vraiment les comprendre, une constatation s’impose : vous êtes narcosés.

Un autre aspect de la narcose est “l’effet tunnel” lorsque le plongeur a la sensation de tout voir au bout d’un tunnel.

La narcose est un état très dangereux dans ce sens que le plongeur ne réagit plus de maniere adéquate.

Chacune de ses réactions sera conditionnée non plus par la raison et le bon sens, mais plus par son état.

Au fait n’allez jamais croire un plongeur qui après avoir atteint les 60m, vous jure qu’il est en forme et pas le moins du monde narcosé.

Atteindre et d épasser les 60 m sans être narcosé revient au même que de boire deux litres de Gin ou de Vodka sans être saoul.

Tous les plongeurs, absolument tous les plongeurs une fois qu’ils atteignent les 60m sont narcosés.

En fonction du gaz employé et/ou des spécificités de l’organisme cet état pourra être plus ou moins sensible, mais aucun plongeur à plus de 60m ne peut y echapper.

Cela reviendrait pratiquement au meme de dire que vous vivez sur terre mais n’êtes absolument pas sujet à la gravitation…absurde.

Du moment que l’on sait qu’on y sera sujet, existe t-il des moyens ? Non pas de s’en proteger parce que se serait impossible.

Les lois de Dalton sont incontournables.

Existe il un moyen d’atténuer les effets de la narcose ? La méthode employée est le retour à une zone moins dangeureuse.

Une fois que le plongeur se sent narcose, il devra tout simplement remonter à une profondeur plus ou moins acceptable, le temps que ces effets passent ou plutôt diminuent.

L’emploi de fluides repiratoires différents de l’air tel que le trimix contribuent à amoindrir les effets de la narcose, bien qu’il faille rappeler que l’emploi de ces gaz soit conditionné par des connaissances spéciales et une formation adéquate

Imprimer