• cressi
  • aqualung
  • hollis
  • mares
  • beuchat
  • OCEANIC
  • SCUPA
  • SEAC SUB
stop mérou

La flottabilité

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Share
Imprimer

La flottabilité est élément que doit maîtriser un plongeur pour bien gérer sa stabilité et limiter sa fatigue et donc les risques d'essoufflement.

Le principe d’Archimède.

« Tout corps plongé dans un fluide reçoit de la part de celui-ci une poussée verticale, dirigée de bas en haut, égale au poids du volume de fluide déplacé. »

Le poids réel du plongeur tout équipé exerce une poussée du haut vers le bas. Cette force est compensée par une poussée verticale égale au poids du volume d’eau déplacé (Principe d’Archimède), ainsi résulte le poids apparent.

Poids apparent = Poids réel - poussée d'Archimède

  • Lorsque le poids apparent est négatif, le plongeur subit donc une force du bas vers le haut, sa flottabilité est dite dans ce cas positive.
  • Lorsque le poids apparent est positif, le plongeur subit une force du haut vers le bas, sa flottabilité est dans ce cas dite négative.

Par abus de langage, on utilise le kilos comme unité de mesure car le facteur gravité (symbole g) s'applique sur chaque élément et donc s'annule.

Paramètres de la flottabilité

Tout d’abord la densité de l’eau n’est pas la même selon que l’on plonge en lac ou en mer. Un litre d’eau pèse 1,03kg en Méditerrannée, en mer rouge il atteint 1,035kg et en eau douce il est de 1kg.

Le poids de la bouteille intervient comme un lest pour le plongeur. Il existe des bouteilles de volumes variables et construit avec différents matériaux comme l’acier ou l’aluminium. De plus une bouteille pleine n’a pas le même poids réel en début et en fin plongée compte-tenu de la consommation d’air et donc de son poids.

La robinetterie du bloc intervient également selon le nombre de sortie et le matériau.

La combinaison est plus ou moins épaisse et intervient sur le plongeur en augmentant son volume mais avec la profondeur et donc la pression, elle s’écrase et ainsi le volume varie et diminue.

Modifier sa flottabilité

Le plongeur peut jouer sur différents éléments pour faire varier flottabilité.

  1. Le poumon-ballast permet d’augmenter le volume du plongeur et donc la poussée d’Archimède.  Il permet d’affiner la flottabilité. L’homme expire et inspire au repos environ 0,5l d’air et peut aller jusqu’à 2,5l en amplifiant les échanges, soit une poussée de 2 à 3kg selon les individus.
  2. Le gilet stabilisateur permet d’augmenter le volume du plongeur et donc la poussée d’Archimède. Il permet de dégrossir sa flottabilité ensuite on utilise le poumon-ballast. Les gilets peuvent aller jusqu’à des volumes de plus de 30 litres.
    • Un gilet de taille XS a une poussée d'Archimède variant de 8 à 9kg
    • Un gilet de taille S a une poussée d'Archimède variant de 12 à 14kg
    • Un gilet de taille M a une poussée d'Archimède variant de 18 à 21kg
    • Un gilet de taille L a une poussée d'Archimède variant de 20 à 22kg
  3. Le lestage permet de diminuer son poids apparent en augmentant le poids réel.
Imprimer